STATISTIQUE VAUD - Communication statistique - N° 10 : Choix de formation des jeunes à l’issue de la scolarité obligatoire et des filières de transition
Print Image

  Référence Description Date d'édition Prix CHF
Cliquez pour ajouter l'article au caddy 0987 Communication statistique - N° 10 : Choix de formation des jeunes à l’issue de la scolarité obligatoire et des filières de transition 10.08.2006 12.00

CS10

Communication statistique Vaud – N°10

Choix de formation des jeunes à l’issue de la scolarité obligatoire et des filières de transition

Résultats de l’enquête «Choix 2005»


L’Office cantonal d’orientation scolaire et professionnelle (OCOSP) a pour mission d’aider les élèves, les jeunes gens et les adultes à choisir, en toute connaissance de cause, une voie de formation scolaire, universitaire ou professionnelle, un emploi ou une carrière. Cette mission s’exerce par l’information générale et par des consultations individuelles et/ou collectives.

Dans ce cadre, il met sur pied depuis 1978, en collaboration avec le Service cantonal de recherche et d’information statistiques (SCRIS), une vaste enquête sur les choix de formation et professionnels effectués par les jeunes arrivant au terme de la scolarité obligatoire. L’enquête se focalise sur la période charnière qui se situe entre la fin de l’école obligatoire et la poursuite d’une formation. Les choix des jeunes peuvent prendre diverses formes : poursuite scolaire, formation professionnelle, transition, alors que d’autres jeunes s’orientent vers une solution d’attente intermédiaire. La récolte d’information régulière, depuis bientôt une trentaine d’années, permet d’observer les changements structurels qui interviennent dans cette phase délicate pour les jeunes. Dans un contexte complexe où nombre de professions se spécialisent et où les exigences professionnelles s’élèvent, un difficile équilibre doit être trouvé entre, d’une part, les souhaits et les aptitudes des jeunes et, d’autre part, les exigences de l’économie. L’enquête sur les choix des jeunes ne se limite pas aux seuls élèves qui terminent leur scolarité obligatoire. Elle intègre également ceux qui ont effectué une année de raccordement, ainsi que ceux qui ont accompli une année dans l’une des structures de l’Office de perfectionnement scolaire, de transition et d’insertion (OPTI).

Dans cette édition 2005, la population de référence a été élargie aux élèves qui terminent leur scolarité obligatoire au sein d’une structure d’enseignement spécialisé, ainsi qu’aux jeunes qui participaient à un Semestre de motivation (SEMO) au moment de l’enquête, en juillet 2005. Cet élargissement des filières de transition aux SEMO prend ainsi en compte une phase primordiale qui est celle de l’insertion professionnelle. A l’heure où la transition prend de plus en plus de place, il est important de considérer ce qui se passe au-delà de l’école. L’objet principal de l’enquête est de répondre à la question «Que font les jeunes au terme de l’école obligatoire ?». L’enquête apporte également quelques éléments à la question trop souvent sans réponse «Quelle est la proportion des jeunes sans solution ?».

L’analyse des résultats de l’enquête «Choix 2005» a été réalisée par le SCRIS. La présente publication en retrace les principaux résultats. Elle se divise en deux parties distinctes. La première, qui correspond au chapitre premier (pages 9 à 13), dresse le portrait de la population des jeunes de l’enquête. En effet, les choix de formation (qui font l’objet de la deuxième partie) sont influencés par des variables telles que la filière scolaire, le sexe, l’origine, la langue dans laquelle la scolarité a été effectuée et l’âge. Un regard est porté sur le nombre de stages effectués. Le stage matérialise les démarches accomplies par les jeunes, il constitue une aide à la détermination d’un projet, mais aussi, de plus en plus souvent, une exigence préalable à tout engagement dans une voie professionnelle.
La deuxième partie, composée des quatre chapitres suivants (pages 15 à 33), est consacrée exclusivement aux choix de formation et professionnels de chacune des quatre populations distinctes que sont les jeunes ayant achevé leur scolarité obligatoire, ceux issus des filières d’enseignement spécialisé, les jeunes des classes de raccordement et ceux des filières de transition/insertion. Cette deuxième partie examine les formations entreprises en fonction des différentes filières scolaires, elle met en évidence les caractéristiques des jeunes qui effectuent ces choix. De plus, un zoom est fait sur les métiers choisis.

L’enquête «Choix 2005» est un travail collectif réalisé grâce à la collaboration et à l’engagement des conseillers en orientation de l’OCOSP, de l’OPTI ainsi qu’aux répondants et référents des jeunes de l’enseignement spécialisé et des SEMO-BIO; qu’ils soient ici chaleureusement remerciés pour leur précieuse contribution.