STATISTIQUE VAUD - Communication statistique - N°4 : Du domicile au travail : la mobilité au quotidien. Résultats du Recensement fédéral de la population 2000. Evolution 1970–2000
Print Image

  Référence Description Date d'édition Prix CHF
Cliquez pour ajouter l'article au caddy 0996 Communication statistique - N°4 : Du domicile au travail : la mobilité au quotidien. Résultats du Recensement fédéral de la population 2000. Evolution 1970–2000 01.06.2004 12.00

CS04

Communication statistique Vaud – N°4

Du domicile au travail : la mobilité au quotidien

Résultats du Recensement fédéral de la population 2000 et évolution 1970–2000


Le recensement fédéral de la population joue un rôle clé dans le système statistique suisse; réalisé pour la première fois en 1850, il se répète chaque dix ans, au début décembre. Aujourd’hui encore, il constitue la plus grande enquête organisée en Suisse grâce à l’Office fédéral de la statistique (OFS). Ainsi, il fournit des informations détaillées à l’échelle communale et infra communale.
En 150 ans, le contenu du recensement a beaucoup évolué. Au fil du temps, il s’est enrichi de questions sur la mobilité quotidienne des actifs et des personnes en formation: temps de déplacement entre le lieu de domicile et le lieu de travail, moyens de transport utilisés, nombre de trajets quotidiens.
Aujourd’hui, la plupart des actifs occupés domiciliés dans le canton de Vaud vont travailler en voiture (56,1%) et travaillent en dehors de leur commune de domicile (60,9%). Ce n’était pas le cas en 1970, où seul un quart (24,8%) utilisaient principalement la voiture et 29,1% travaillaient en dehors de leur commune.
Qu’est-ce qui a donc changé, depuis trente ans, dans notre manière de nous déplacer entre notre domicile et notre lieu de travail (ou notre lieu de formation) ? Et dans cette évolution, comme dans la situation actuelle, quelles différences particulières peut-on relever entre les jeunes et les vieux, les hommes et les femmes, les cadres et les employés, les ouvriers et les travailleurs non-manuels, les industriels et les banquiers, etc.
Cette étude présente sous une forme qui se veut synthétique et accessible les principales réponses que les recensements fédéraux de la population de 1970 à 2000 permettent d’apporter à ces questions. On peut la lire en continu ou comme une collection de fiches de synthèse à utiliser séparément, selon son intérêt personnel.
L’analyse ne couvre pas tous les aspects de la mobilité. Elle se limite aux trajets entre le domicile et le lieu de travail (ou le lieu de formation). Dans cette perspective, une personne sera considérée comme «très mobile» uniquement en fonction du temps qu’il lui faille habituellement pour arriver sur son lieu de travail. Rien n’est dit ici de la mobilité dans l’exercice de la profession elle-même, ni de la mobilité des actifs et des étudiants en dehors de leur vie professionnelle et scolaire.